Transaction sécurisée en cours

Veuillez patienter

Chargement

Les cookies vous permettent de bénéficier de nombreuses fonctionnalités afin d'améliorer votre expérience sur le site MaForêt. En utilisant ce site, vous acceptez de recevoir des cookies conformément à notre politique sur les cookies. Fermer

  0 805 69 38 37 (Gratuit)   Aide
  • Guide d'utilisation
  • Nos dossiers
  • A propos de MaForêt
  • Accueil
  • AccueilAccueil Accueil Accueil

    Quelle ressource résineuse, aujourd’hui et demain ?

    La part des résineux dans les récoltes de bois est en augmentation, d’autant que les boisements réalisés avec l’aide du Fond Forestier National (FFN) entrent en production. Quelques chiffres pour introduire le débat.

     

    Les résineux constituent un tiers du volume sur pied de la forêt française

    La forêt française représente aujourd’hui 16,5 millions d’hectares soit 30 % du territoire. Avec ses 136 espèces d’arbres, elle est la plus diversifiée d’Europe. Son volume total de bois sur pied est de 2,6 milliards de m³. Les peuplements dont l’essence principale est résineuse ne couvrent que 29 % de la surface totale de la forêt de production et constituent 36 % du stock sur pied. On les retrouve majoritairement dans le Sud de la France en zone de montagne (Vosges, Massif central, Pyrénées, Alpes). Les cinq principales essences en surface forestière résineuse et en volume sont : le sapin, l’épicéa, le douglas, le pin maritime et le pin sylvestre. La surface forestière privée résineuse a diminué de 0,3 million d’hectares en 30 ans ; les régions ayant subi les tempêtes Lothar, Martin et Klaus étant les plus touchées (Carte 1).

    Pour la forêt française, les volumes sur pied des principales essences résineuses sont en augmentation depuis 1981, excepté pour le pin sylvestre, dont le volume est constant au fil des années, et le pin maritime qui a subi de nombreux chablis suite aux tempêtes de 1999 et de 2009. L’évolution la plus importante concerne le douglas, qui voit son volume multiplié par 7 en 30 ans (Graphique 1).

    >>> Suite

    Julie Thomas, CNPF-IDF
    Un article Forêt-Entreprise