Transaction sécurisée en cours

Veuillez patienter

Chargement

Les cookies vous permettent de bénéficier de nombreuses fonctionnalités afin d'améliorer votre expérience sur le site MaForêt. En utilisant ce site, vous acceptez de recevoir des cookies conformément à notre politique sur les cookies. Fermer

  0 805 69 38 37 (Gratuit)   Aide
  • Guide d'utilisation
  • Nos dossiers
  • A propos de MaForêt
  • Accueil
  • AccueilAccueil Accueil Accueil

    Projets carbone en forêt privée

    Avec la diminution des aides publiques en forêt et la nécessité de conserver un niveau d’investissement permettant la bonne tenue des objectifs sylvicoles, de nombreuses initiatives voient le jour à travers la France. Il est très vite apparu qu’il était nécessaire de diversifier les sources de financement possibles ; ainsi la thématique de la séquestration du carbone a montré qu’elle pouvait intéresser les entreprises et faire naître des partenariats prometteurs. En sus de projets carbone d’envergure traités ci-avant, la forêt privée française a également participé au développement d’actions locales, souvent de dimension régionale, telles que la création d’associations carbone. Elles s’appellent Aquitaine carbone, Duramen, Normandie Forêver ou Sylv’ACCTES® : quels sont leurs objectifs ?

     

    L’idée à la base de l’ensemble de ces initiatives est de créer un nouvel outil d’appui à l’investissement forestier permettant d’optimiser les moyens publics par la recherche de financements complémentaires du côté de la sphère privée. En trame de fond, on retrouve les enjeux d’atténuation du changement climatique et d’adaptation à ses effets en positionnant un outil permettant de financer le dernier par la valorisation du premier. Aussi, la plupart de ces initiatives explorent de nouveaux champs en actionnant différents leviers allant du mécénat à la génération de crédits carbone. Cependant, toutes privilégient à l’heure actuelle le statut de l’association type loi 1901 permettant une large palette d’actions en attendant de trouver le statut le plus en cohérence avec leurs aspirations. Par ailleurs, ces initiatives associent différents partenaires techniques (CRPF, CNPF-IDF, ONF, associations environnementales locales, Ademe…), politiques (conseils régionaux, conseils départementaux, syndicats de propriétaires forestiers, communes forestières, interprofessions bois…) et financiers (entreprises, collectivités locales) en fonction de leur processus d’émergence.

     

    Aquitaine Carbone

    Aquitaine CarboneCette association, créée en 2011, a été parmi les pré-curseurs concernant l’atténuation du changement climatique par la forêt. Suite à la tempête Klaus, la Région Aquitaine a souhaité proposer un système d’incitation qui soit complémentaire de celui mis en place par l’État (cf. le plan chablis qui permet de subventionner le nettoyage et le reboisement des parcelles de plus de 4 ha). En effet, face aux conséquences de la tempête, il était prioritaire de reconstituer la forêt pour qu’elle puisse à nouveau jouer son rôle de puits de carbone.

    Des « contrats carbone » ont été mis en place entre les propriétaires volontaires et l’association. Dans le contrat, le propriétaire qui reboise s’engage à garder ses arbres sur pied au moins 25 ans et à produire du bois d’œuvre. Il cède les droits aux crédits carbone découlant de cette sylviculture à Aquitaine Carbone qui, en contrepartie, lui verse une prime de 100 €/ha les dix premiers hectares puis de 20 €/ha du 11e hectare au 50e hectare (plafonné à 1 800 €€ au maximum). En trois ans, plus de 770 propriétaires pour 25 000 ha se sont engagés. En juillet 2015, ce sont plus de 11 900 ha, soit 520 contrats, qui ont été soldés et ont été suivis d’un reboisement.

    Pour différentes raisons, la certification de crédits carbone est aujourd’hui compromise à court terme. Forte de ses acquis, l’association envisage donc d’autres formes de valorisation du carbone forestier et des services environnementaux, sur l’ensemble du territoire aquitain.

    Plus d’infos sur : http://aquitaine-carbone.fr/

     

    Normandie Forêver

    Normandie Forêver

    Il s’agit d’une association créée en 2013 qui vise à accompagner financièrement la transformation de peuplements en impasse sylvicole. Cette initiative, portée par un groupe d’entreprises (dont Acome, plus importante SCOP de France) et Biomasse Normandie, bénéficie du soutien de l’Ademe locale. Son organisation repose sur une association loi 1901 qui est chargée de la collecte des fonds et de la communication. La mise en œuvre opérationnelle est dévolue à une ASLGF dédiée spécifiquement à l’opération. Normandie Forêver vise donc à traiter deux objectifs parallèles : la production de biomasse forestière tout en investissant sur l’avenir de peuplements forestiers mieux adaptés aux contraintes stationnelles et climatiques. L’association est administrée par trois collèges de membres (les entités souhaitant compenser, les entités réalisant les projets de compensation et les autres parties prenantes) et est pourvue d’un comité scientifique et technique ainsi que d’un comité éthique.

    Plus d’infos sur : http://www.normandieforever.org/

     

    Sylv’ACCTES Rhône-Alpes, des forêts pour demain

    Sylv'acctes Rhône-AlpesCette association a été lancée en 2014 par la Région Rhône-Alpes accompagnée par le CRPF Rhône-Alpes en partenariat avec l’ONF, les Cofor, l’interprofession bois régionale Fibra, PEFC et les associations environnementales régionales (LPO, Frapna, Refora). Cette initiative relève plus du mécénat environnemental que de la compensation carbone. Elle s’appuie sur des concertations locales (les projets sylvicoles territoriaux) agrégées au sein d’une association loi 1901 Sylv’ACCTES®. Un ensemble d’outils de mesures des bénéfices associés à la mise en œuvre d’une gestion forestière durable a été élaboré par les partenaires. Le projet porte actuellement sur sept territoires pilotes et vise à financer des itinéraires sylvicoles ayant démontré leurs qualités économiques, environnementales, sociétales et bien sûr climatiques. Sylv’ACCTES® compte parmi ses membres fondateurs la métropole de Lyon qui a rejoint la structure pour compléter son plan climat-énergie territorial (PCET) et mettre en correspondance sa politique énergétique (reposant notamment sur la biomasse bois) avec les effets qu’elle induit sur les territoires ruraux alentours. Ainsi, Sylv’ACCTES® permet à la métropole de Lyon de renforcer son lien urbain/rural au service du développement durable.

     

    Duramen

    DuramenAyant pour but de développer le mécénat pour la gestion forestière durable, Duramen est une association interprofessionnelle de mécénat environnemental en région Centre créée en 2015. Elle finance des travaux forestiers pour une gestion durable et dynamique à vocation de production de bois d’œuvre, améliorant ainsi le stockage de CO2 et la préservation de l’environnement. Pour cela, elle met en relation des mécènes engagés et des sylviculteurs motivés. Les projets doivent apporter une vraie plus-value à la gestion forestière locale : adapter les peuplements au changement climatique, dynamiser la sylviculture, sauver des parcelles dépérissantes, enrichir par des plantations... Concrètement un projet se traduit par un changement de sylviculture qui engendre des frais supplémentaires. L’association vise à agir en priorité dans le cadre de conversions de taillis ou taillis avec réserves pauvres vers la futaie par :

    • coupe rase et plantation
    • éclaircies et plantations d’enrichissement avec chêne, pin sylvestre, pin laricio ou pin maritime

    Plus d’infos sur : http://www.duramen.org/

     

    Bien sûr, ces quatre exemples ne représentent pas toute la richesse des initiatives carbone à travers la France, mais permettent de mieux comprendre les mécanismes d’émergence et les finalités de tels projets. Par ailleurs, ces quatre projets sont encore au stade de développement et ne permettent pas à l’heure actuelle d’appré-hender leur capacité à lever des fonds supplémentaires.

     

    Simon MARTEL, Loïc CASSET et Olivier GLEIZES

    Extrait de l’ouvrage « Forêt et carbone. CNPF, novembre 2015 »​