Transaction sécurisée en cours

Veuillez patienter

Chargement

Les cookies vous permettent de bénéficier de nombreuses fonctionnalités afin d'améliorer votre expérience sur le site MaForêt. En utilisant ce site, vous acceptez de recevoir des cookies conformément à notre politique sur les cookies. Fermer

  0 805 69 38 37 (Gratuit)   Aide
  • Guide d'utilisation
  • Nos dossiers
  • A propos de MaForêt
  • Accueil
  • AccueilAccueil Accueil Accueil

    Quel arbre pour quel sol ?

    Afin d’identifier quelles essences d'arbres sont adaptées à vos parcelles de forêt, il est nécessaire d’identifier d'une part les caractéristiques des sols sur lesquels ils auront à se développer (la richesse en eau et la richesse en éléments minéraux), et d'autre part les besoins spécifiques à une essence donnée. Il est possible de représenter ces deux éléments sous une même forme, ce qui permet ensuite de les comparer et d'identifier l'essence la plus adaptée à votre sol : il s'agit de l'écogramme.

     

    Ecogramme

    Sous ce terme se cache un diagramme (modèle ci-contre) qui résume les principaux besoins des plantes (alimentation minérale et alimentation en eau) qui conditionnent en grande partie la croissance des plantes. Il a été établi d’après la Flore Forestière Française.

    En abscisse (ligne horizontale), figurent les besoins en fertilité minérale : des milieux les plus pauvres sur la gauche de l’abscisse, aux milieux les plus riches sur la droite (0 à 5), ce qui correspond à peu près au gradient de pH (de 4 - très acide - à 6,5 - neutre). Le double trait vertical isole les milieux où le calcaire, présent dans la terre fine, peut devenir un facteur limitant.

    En ordonnée (ligne verticale), figurent les besoins en alimentation en eau : en bas les milieux inondés en permanence, jusqu’aux milieux très secs en haut (0 à 8).

    On peut donc visualiser d’un coup d’œil l’amplitude écologique d’un arbre, en reportant sur ce diagramme les bornes des stations qui lui conviennent.

     

    Comment le lire ?

    Sur un écogramme complété la lecture se fait comme suit :

    Plus l’aire grisée est étendue, plus l’espèce est «plastique», c’est à dire qu’elle s’adapte à des milieux variés. C’est le cas du Bouleau verruqueux, que seuls les milieux les plus secs rebutent. A l’inverse, plus cette aire est restreinte, plus l’espèce est inféodée à un milieu particulier. C’est par exemple le cas de l’Aulne glutineux, qui n’apprécie que les milieux assez humides ou humides. Une aire étroite et allongée traduit des besoins stricts pour un facteur et plus larges pour l’autre. Ainsi, le Mélèze hybride est strict sur son alimentation en eau (milieux assez frais ou frais), un peu moins pour la fertilité (milieux pauvres à riches), alors que le Noyer hybride est plus tolérant pour l’alimentation en eau (milieux humides à secs) et strict pour la fertilité (milieux assez riches, riches, voire légèrement calcaires).

    Enfin, il faut porter une attention particulière à la tolérance au calcaire car certaines espèces ne supportent pas du tout la présence de calcaire dans la terre fine (ce qui est représenté par la zone à droite de la double barre sur l'écogramme). Ainsi, bien que le sol soit en théorie plus fertile lorsque l’on va sur la droite de l’abscisse, ce n'est plus forcément le cas pour une part importante des espèces dès lors que le sol devient calcaire.

    Les données ainsi représentées permettent de croiser les caractéristiques des sols de vos parcelles avec les caractéristiques établies pour chaque essence. Vous serez ainsi en mesure d’établir une combinaison adaptée pour votre forêt en comparant les différents ecogrammes.

    De plus, la liste des essences recommandées dans votre région est présente dans les documents des centres régionaux de la propriété forestière (CRPF), en particulier dans le schéma régional de gestion sylvicole (SRGS) de chaque région. 

     

    Source: Schéma Régional de Gestion Sylvicole pour les forêts privées de la Région Midi-Pyrénées